Ghar el Melh, une ville qui bouge

« Ghar el Melh, une ville qui bouge »

Cette rencontre à la Maison de la Culture de Ghar el Melh, alimentée par la première du film documentaire produit par Siqa Films intitulé « Ghar el Melh », est une occasion pour un échange public sur le patrimoine et l'avenir de Ghar el Melh.
Sont invités à cette journée les amis de Ghar el Melh, l'administration officielle, les agences de voyage, les médias et les associations d'éco-tourisme ; la société civile étant un principal acteur dans cet évènement.
La rencontre a pour objectifs de mieux comprendre le passé et saisir les obstacles au développement dans la ville, de mettre en valeur les atouts de Ghar el Melh et son riche patrimoine et d'imaginer, de créer et de programmer dans la collectivité l'avenir de cette perle de Tunisie.
une-ville-qui-bouge

Il est question d'avancer un dialogue public et des actions concrètes de court terme par :
- la présentation de 6 actions spécifiques réalisables en 2015.
- la présentation de 6 demandes spécifiques de soutien public.
- l'ouverture d'un espace de dialogue (forum de discussion) sur internet.

Programme de la journée : 09h00 : Accueil et inscription des participants – café.
10h00 : Allocutions d'ouverture
10h25 : Organisation de la journée
10h30 : Projection du film de Abderraouf Aissaoui « Ghar el Melh ». Introduction, projection, discussion (20 min).
11h50 : Pause-café.
12h10 : Echange et propositions sur le thème : « Ghar el Melh, une ville qui bouge »
13h20 : Prochains pas.
13h25 : Clôture.
13h45 : Point de média et presse.
14h00 : Réception et échange informel – repas léger - Musique, Vente d'artisanat local, discussions dans de petits groupes.
15h00 : Promenades guidées
- La ville : deux circuits, le traditionnel et l'alternatif.
- La plage.
- La Lagune.
17h00 : Fin du programme.

Slogan de la journée : « Qui ne connait pas son passé, ne comprendra jamais son présent, ni ne saura construire son futur. »

Allocution du ministre du commerce Mr Ridha Lahouel :

A l’occasion de cette journée, le ministre du commerce a donné une courte allocution dans laquelle il a remercié l’initiative et l’organisation de la journée. Originaire de la région, il a dit se sentir comme chez lui. A travers sa connaissance personnelle de Ghar el Melh et du patriotisme de ses habitants, il a confirmé une importante idée du film à savoir que le terrorisme ne pourra jamais y trouver racine ni soutien.

Par ailleurs, Mr Lahouel a insisté sur le grand potentiel de la région et sur la nécessité de conjuguer les efforts entre différents secteurs et avec d’autres pays pour faire des progrès réels en matière de développement.

Mr Lahouel a évoqué aussi l’importance de réduire les grèves et de donner son importance à la valeur du travail, clé du développement. Dans ce contexte, il a salué d’une part les efforts déjà tangibles du nouveau gouverneur, ainsi que ceux de Mr Puetz président de l’ADERC.

Pour finir, Mr Lahouel a rendu hommage aux âmes des martyrs tunisiens et s’est dit optimiste quant à l’avenir de Ghar el Melh.

Intervention de Mme Sondes Garbouj, ex-présidente d’Amnesty International Tunisie :

Psychologue clinicienne de formation, Mme Garbouj a présenté une analyse psychologique de la personnalité du terroriste dans le cadre du rapport entre la délinquance et le terrorisme d’un côté et le développement d’un autre côté.

Au moment où la Tunisie se trouve être le premier fournisseur de terroristes pour la Syrie et l’Irak, une supériorité quantitative mais aussi au niveau de la violence, on est en droit de poser la question : qu’est-ce qui fait qu’un tunisien ordinaire vire au terrorisme ? Mme Garbouj écarte la thèse répandue du lavage de cerveau « chimique  et dit que ce phénomène est plutôt multifactoriel, le facteur le plus important étant l’appauvrissement du système éducatif et culturel.

Au moment où l’on travaille à la constitution, il est impératif de reconsidérer les lois sur les droits économiques sociaux et culturels (DESC). En effet, les besoins culturels ne sont pas des accessoires à la vie, mais des nécessités aussi importantes que la nourriture. Le système éducatif basé sur la performance et non la compétence, crée un vide culturel que la nature ne supporte pas. Les jeunes sujets se trouvent donc plus facilement recrutés par ceux qui savent exploiter négativement ce vide.

La culture et l’art sont un droit fondamental qui aide au renforcement de la personnalité, à l’amélioration au rapport avec le corps et à la consolidation de l’idée d’appartenance chez les jeunes. Mme Garbouj termine par ceci que ce droit doit impérativement faire partie de tout plan de développement régional ou national.

Intervention de Mohamed Salah Gharbi, un jeune de Ghar el Melh.

Mohamed Salah compare sa ville Ghar el Melh à une perle oubliée, faisant référence au potentiel indiscutable de la région d’un côté et au manque d’investissements d’un autre côté.

Dans un langage ferme et clair, il revendique le droit des jeunes à des espaces de loisirs et d’activités créatrices et sportives, ainsi qu’à des espaces qui conviennent à des sorties en famille. Cela étant un rempart contre la délinquance.

Il déplore aussi l’état d’hibernation économique et culturel dans lequel rentre Ghar el Melh en dehors de la saison estivale et réclame aux autorités de faire le nécessaire pour faire de Ghar el Melh une ville des quatre saisons.

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de notre actualité par email.